samedi 2 décembre 2017

THE STRANGLERS : Interview 2004 [Version française]



Formés dès 1974, les légendaires "Etrangleurs" font partie de ces groupes mythiques qui ont pris une part très importante à l'explosion Punk mondiale de 1977, puis sont devenus des pionniers fondateurs de la scène post-punk avant-gardiste, en exerçant une influence énorme sur l'ensemble de la mouvance "New Wave/Pop Rock/Cold Wave" dont les effets se ressentent aujourd'hui encore. Malgré le départ du chanteur-guitariste Hugh Cornwell en 1990, les STRANGLERS ne se sont jamais arrêtés. Toujours en piste depuis maintenant 30 ans, ils nous reviennent avec un nouvel album intitulé "Norfolk Coast" et une tournée mondiale à la clé. Un grand merci à Karine Sancho du label Roadrunner Records pour m'avoir aidé à prendre contact avec le groupe, afin de réaliser cette interview.

Entretien exclusif avec Jean-Jacques Burnel par Hanns Wehrwolf
(Hans Cany), réalisé le 02 Mai 2004






Hans : Salut Jean-Jacques ! En écoutant vos extraits audio, ma première impression est que votre nouvel album "Norfolk Coast" semble revenir au style originel des STRANGLERS, et ceci est particulièrement évident du fait du son si particulier des claviers ainsi que de votre section rythmique. Pourtant, depuis le départ de Hugh Cornwell, nous nous étions habitués au fait que, désormais, le groupe se mettait à explorer une orientation musicale différente, comme en témoignaient vos derniers enregistrements en date. Comment expliques-tu ce retour aux sources inattendu et si soudain ?... S'il te plait, parle nous un peu de ce nouvel album , et des principales raisons qui vous ont amenés à lui donner ce type de sonorité, après toutes ces années...

 Jean-Jacques Burnel : Sur ce nouvel album sont apparus beaucoup de sonorités et de styles que nous avons explorés au cours des trente dernières années. A certains égards, nous sommes revenus à notre point de départ , même si au niveau du son c'est beaucoup plus lourd et puissant que tout ce que nous avions fait précédemment. L'idée générale quand un groupe a existé pendant si longtemps, c'est qu'il se trouve à l'automne de sa carrière et qu'il n'a plus rien de surprenant à apporter. J'ai espéré qu'avec "Norfolk Coast" nous pouvions renverser cette idée reçue.


 Les STRANGLERS ont aussi la réputation de figurer parmi les plus importants fondateurs de la scène Punk Rock originelle, et un des très rares groupes de cette période qui "osait" intégrer du synthé dans sa musique. Cependant, le groupe est plus ancien que l'explosion Punk de 1976-1977, puisque vous étiez déjà formés il y a 30 ans, en 1974. Comment décrirais-tu votre état d'esprit et vos motivations de l'époque, et comment vous êtes-vous finalement impliqués dans cette grande révolution musicale et culturelle qui s'est produite à partir de 1976 ?

Merci de dire que nous étions importants. Pour moi, cela a plus de signification que le succès commercial, puisque cela témoigne du respect de nos pairs, ce qui constitue un grand obstacle à surmonter. Quand nous avons débuté, comme la plupart des gens qui commencent un groupe, notre seule intention était juste de faire de la musique et de nous amuser. Certainement pas de changer le monde. Suite à cela, bien sûr, notre ambition suivante a été de jouer en public au centre culturel local pour jeunes. Puis ensuite cela a été de jouer dans un pub, de nous créer ainsi graduellement notre propre public, et finalement d'obtenir les moyens de faire des démos, et bien sûr de faire un disque ! Donc, au moment où Dave nous a rejoints en 1975, nous avions un répertoire de morceaux écrits par Hugh et moi-même, mais nous n'avions pas encore trouvé notre propre son ni notre propre voix. A partir de 1976, nous avons joué plus régulièrement dans les pubs de Londres, et avons réalisé que nous commencions à attirer notre propre public , des gens qui se déplaçaient vraiment pour nous voir , et que nous attirions l'attention de gens comme Joe Strummer, qui était dans un groupe de Rhythm'n'Blues nommé THE 101'ers, Steve et Paul des SEX PISTOLS, ou encore de Chrissy Hynde. Quelque chose commençait donc à se passer à Londres au moment où nous jouions, et notre public a commencé à reflèter cela à travers ses fringues et son comportement. Comme nous ne nous reconnaissions pas dans la scène musicale du moment, cette nouvelle scène était davantage à notre goût, et plus important encore, nous étions davantage à SON goût. Et bien sûr, on nous a demandé de représenter Londres à l'été 1976 pour la célébration du Bicentennaire américain, tandis que les RAMONES venaient en Europe pour la première fois afin d'y représenter New York.








 Et aujourd'hui, vous sentez-vous toujours liés à la scène Punk, d'une manière ou d'une autre ?... Avez-vous toujours des contacts avec certains de ces vieux groupes qui, comme vous, n'ont jamais cessé d'exister depuis lors, ou qui se sont finalement reformés au cours des 10 dernières années ?... Si oui, pourquoi ne faites-vous jamais de concerts avec eux ? Ne pensez-vous pas que vous pourriez toujours plaire au public punk, tout particulièrement si vous jouez vos plus vieux morceaux ?

En tant que groupe, bien sûr, nous nous sentons toujours liés à la scène Punk, mais celle-ci a évolué et changé, tout comme nous. Pourtant, une grande partie de la "scène Punk" nous a rejetés car nous ne souhaitions pas nous conformer aux idées de qui que ce soit quant à notre façon d'être. Aussi, c'est devenu assez restrictif, musicalement parlant. beaucoup de ceux qui étaient alors des protagonistes de la scène n'avaient pas assez de force en eux pour admettre qu'ils avaient été auparavant nos amis. Ceci dit, je suis toujours en contact avec quelques musiciens de cette période tels que Jake Burns des STIFF LITTLE FINGERS, Bruce Foxton (THE JAM et STIFF LITTLE FINGERS), et Captain Sensible, des DAMNED. Notre guitariste Baz Warne a aussi fait longtemps partie des TOY DOLLS. Pourquoi ne jouerions nous que de vieux morceaux ?





Tu le sais, à partir de 1979-1982, votre musique a commencé à s'orienter davantage vers des sonorités "Pop Rock" et "Avant-Garde", est devenue à la fois plus "froide" et plus "sombre", et en raison de cela, vous êtes également considérés comme des pionniers légendaires de toutes sortes de styles qui sont apparus un peu plus tard, et qui sont maintenant connus sous les noms de "New Wave", "Cold Wave", etc... Assumez-vous également cette part importante de l'héritage des STRANGLERS ? Etes-vous fiers d'avoir été une source d'inspiration majeure pour tant de groupes ? 

Si nous sommes une source d'inspiration pour différents genres de groupes, c'est simplement parce que nous nous sommes accordé la liberté d'explorer et d'expérimenter, parfois au détriment du succès commercial et de nos relations avec les maisons de disques, mais cela a toujours été enrichissant pour nous.



 
Non seulement la musique des STRANGLERS a toujours été plutôt atypique, mais vos vues sociales et politiques également. durant votre longue carrière, beaucoup de vos paroles de chansons et de vos déclarations publiques ont été considérés par certains comme très "choquantes". Sans être un groupe "d'extrême-droite" (loin s'en faut !), il est évident que vous différez radicalement de tous ces groupes qui prêchent des idéaux gauchistes, et en France, vous êtes souvent considérés comme des sortes d' "anarchistes de droite"... Es-tu d'accord avec cette manière de vous décrire ?... Comment définirais-tu votre philosophie, de ce point de vue ?... 

Des anarchistes de droite ? N'est-ce pas là une contradiction dans les termes ?
Il y a certains aspects de notre pensée collective qui sont ce que les gens pourraient considérer comme étant de gauche, et d'autres aspects comme étant de droite. Aussi, plutôt qu'anarchistes, je dirais que certains de nos comportements passés ont été davantage nihilistes. Personnellement, je crois au capitalisme, mais cela ne m'empêche pas pour autant d'être très méfiant vis-à-vis du big business et des corporations multinationales. Je crois en l'Europe mais je suis profondément méfiant vis-à-vis de Bruxelles, de l'opacité des institutions européennes, de la bureaucratie inutile et de la paperasserie. 


Et quelle est ton opinion personnelle à propos de l'état actuel du monde, non seulement concernant le gouvernement de ton propre pays, mais également tous les évènements qui se sont produits récemment dans le monde entier, et/ou qui sont toujours en train de se produire en ce moment-même ?

 
La démocratie ne peut survivre que lorsque la population est informée, impliquée, et intelligente. En d'autres termes, la démocratie est en danger. Du côté américain, nous avons l'ignorance brutale, et du côté européen la corruption et la faiblesse. Et nous sommes au début d'une guerre qui durera des années. 

 


Quels sont vos principaux projets, maintenant que votre nouvel album a été réalisé ?
Envisagez-vous une tournée européenne, et surtout, y a-t-il une chance de vous voir jouer quelques dates en France ?... Si oui, quand et où auront lieu ces concerts ?

 

Nous allons jouer dans le monde entier cette année. Cela va être notre année la plus chargée depuis longtemps. Nous y sommes vraiment prêts. Oui, nous avons accepté de faire notre plus grande tournée jamais faite en France vers novembre. Je crois que c'est quelque chose comme 16 dates !



 Et pendant cette tournée à venir, quel genre de morceaux avez-vous l'intention de jouer ? Allez-vous seulement reprendre le répertoire de votre nouvel album, ou bien avez-vous également l'intention de jouer certains de vos grands classiques ?
Nous jouerons beaucoup de titres issus de "Norfolk Coast", mais aussi bien sûr de vieux morceaux. L'embarras du choix ! (en français - NDLR)





Es-tu toujours en contact avec Hugh Cornwell ? As-tu déjà essayé de le convaincre de réintégrer le groupe ? Et d'après toi, y a-t-il une chance d'assister un jour ou l'autre à une reformation du line up originel des STRANGLERS ?... 

 
Je n'ai plus du tout de contacts avec Hugh depuis qu'il m'a raccroché au nez, il y a 3 ans. J'aurais aimé garder le contact, mais maintenant, en ce qui me concerne, il relève de l'histoire ancienne. C'est un ex-Strangler. Il y en a quelques-uns, à présent. Une reformation ne servirait à rien. Cela ne marche jamais.




Eh bien, merci beaucoup pour cette interview ! Un commentaire final à ajouter, peut-être ?...

Merci d'avoir été si patient avec moi concernant cette interview. J'espère qu'elle pourra aider les gens à nous comprendre un peu mieux.





LINE-UP DE 2004 :


JJ Burnel (Bass)
Jet Black (Drums)
Dave Greenfield (Keyboards)
Paul Roberts (Vocals)
Baz Warne (Guitars)



DISCOGRAPHIE (ALBUMS) :

. "Rattus Norvegicus" 1977
. "No More Heroes" 1977
. "Black and White" 1978
. "The Raven" 1979
. "The Gospel according to the Meninblack" 1981
. "La Folie" 1983
. "F.E.L.I.N.E." 1983
. "Aural Sculpture" 1984
. "Dreamtime" 1986
. "10" 1990
. "In the Night" 1992
. "About Time" 1995
. "Written in Red" 1997
. "Coup de Grace" 1998
. "Norfolk Coast" 2004




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire