mercredi 27 décembre 2017

LUCIE CRIES : Semper Ad Alta [CHRONIQUE]

LUCIE CRIES
"Semper Ad Alta"

CD
Alea Jacta Est
1994

  Second album pour ce groupe phare de la scène sombre française qu'est LUCIE CRIES, et disons-le d'emblée, la déception n'est pas au rendez-vous.

  "Semper ad Alta" ("Toujours plus haut") s'ouvre sur le très bon morceau "La Grâce et le Glaive", aux sonorités plutôt Cold Wave et très mélodiques, qui ne sont pas sans évoquer un petit quelque chose (noir ?) de MARC SEBERG.

  S'enchaînent ensuite les autres titres, parfaitement représentatifs du style typique de

LUCIE CRIES, qui puise son inspiration dans une savante alchimie d'influences post-punks (PLAY DEAD, KILLING JOKE, JOY DIVISION, EVERY NEW DEAD GHOST...) et gothiques/coldwave (SISTERS OF MERCY, AND ALSO THE TREES...).

  Les guitares sont offensives, corrosives et bien travaillées, la basse mise en avant, sur fond de rythmes puissants et percutants. Le chant d'Olivier Pacaud, quant à lui, est fort mélodique, déclinant des textes en français à consonances poétiques, peuplés d'omniprésentes références à l'Antiquité gréco-romaine, à sa mythologie, et à son symbolisme.

  Par le biais de subtiles allégories, ces paroles brillamment travaillées tournent autour de thèmes variés, fustigeant cependant souvent la violence humaine avec ses corollaires que sont le fanatisme et l'intolérance ("Les fous de Messidor", "Abyssus Abyssum Invocat"), le despotisme et la tyrannie ("Vers les mines du Golgotha") etc.

  Le CD se conclut en beauté par une chanson intitulée "La Sagrada Familia", laquelle, sur un fond sonore particulièrement dynamique, comporte dans son texte d'explicites clins d'oeil adressés aux grands potes de LUCIE CRIES que sont les Suisses de TROM et les Britanniques d'EVERY NEW DEAD GHOST, le terme de Sagrada Familia désignant précisément ici, de façon quelque peu intimiste, les liens privilégiés unissant les trois groupes.

  En conclusion, un disque fort réussi dans son ensemble, et qui permet de surcroit de se faire une idée assez juste de la puissance et de l'énergie dégagées sur scène par ce fleuron de l'underground hexagonal.
Hans Cany


(Chronique initialement publiée dans le N°1 du
fanzine REQUIEM GOTHIQUE, 1994)






Tracklist :

00:00 La Grâce Et Le Glaive
03:58 Les Fous De Messidor
07:34
L'acropole d'Or
12:32
Vers les Mines du Golgotha
15:46
Alcôves, Sérénades et Lumiére
20:18
Le Madrigal de L'Elfe
24:29
Carthago Delenda Est
27:55
Les Soleils Félons
31:53
Abyssus Abyssum Invocat
35:35
La Sagrada Familia



Label: Alea Jacta Est
Cover [Livret Et Pochette] – Magic Design 94
Drums – Marc Le Gigan
Guitar – Frédéric Bertin, Stéphane Vignon
Illustration – Frédéric Bélonie
Keyboards – Loic Dauvillier
Vocals, Bass – Olivier Paccaud

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire