samedi 2 décembre 2017

AION : Interview [2001]




AION était un groupe de Coldwave identitaire européenne, composé de seulement deux personnes. L'un des deux gars était français, et l'autre luxembourgeois. Les morceaux du seul et unique album "Devotio", bien que fort variés les uns par rapport aux autres du point de vue de leurs compositions, s'inscrivaient plutôt dans une lignée Cold Wave progressive et mélodique, marquée par une forte présence des claviers. Très attachés à l'idée européenne, ils chantaient tantôt en français, tantôt en latin, en anglais, en italien, en allemand etc.
Retour sur un intéressant et fort éclairant entretien
réalisé à l'époque. Un document rare, aujourd'hui.



Entretien avec Laurent, du groupe AION

Propos recueillis par Hans Cany, le 12 novembre 2001



Hans :   Salut Laurent. Pour commencer suivant les conventions d'usage, voici une question rabâchée mais incontournable : Peux-tu dresser un petit historique et exposer une présentation concise d'AION à nos lecteurs ?

Laurent :   An 413 après la fondation de Rome : Le général Publius Decius Mus, devant la situation désespérée où se trouvaient les Armées de la République Romaine des Quirites, offrait sa vie aux dieux en échange de la victoire. (Cet acte sacralisé était défini par le terme de " Devotio " -NDLR)
An 724 après la fondation, Titus Livius rappelle à ses contemporains les valeurs qui ont fait la grandeur de Rome: civisme, courage et abnégation pour la seule gloire de la Ville Eternelle.An 2000 e.v., AION (l'Eternité, en Grec classique) fait lui-même sa " DEVOTIO ", en 10 titres chantés en français, en anglais, en allemand, en italien et... en latin, évidemment.
AION est né en 1994, par la parution d'un split CD, Nouvelles Musiques Européennes (épuisé), avec un groupe marseillais dont je n'ai plus entendu parler depuis. Ont suivi 5 années sans jamais être satisfait de nos chansons, jusqu'à ce que l'insistance d'un petit label parisien nous pousse à sauter le pas et à enregistrer " DEVOTIO ".

H :   En écoutant votre premier CD "Devotio", on est très tenté de définir votre musique comme une sorte de "Cold wave symphonique", agrémentée de passages néo-Folk et Electro. Comment définiriez-vous votre propre style, et quelles sont vos principales références et influences musicales ?

L :   Devotio est effectivement un CD assez éclectique pour deux raisons majeures : la durée exceptionnelle de préparation, qui reflète l'évolution de nos goûts musicaux : des chansons électro, comme " Sous l'orage" ou " Will ", écrites il y a quelques années déjà, côtoient des titres plus récents, à l'inspiration néo-folk (" Sopra Di Noi ", " Devotio "). De plus, Stéphane et moi avons un background assez différent. C'est un guitariste classique, amateur de cold wave, de pop anglaise et de musique wagnérienne. De mon côté, j'ai passé l'adolescence bercé par l'EBM de FRONT 242, un peu de goth (SISTERS, XYMOX, etc), puis NINE INCH NAILS et du néo-folk (DEATH IN JUNE , SOL INVICTUS, CURRENT 93,...). Nous nous sommes retrouvés sur des valeurs communes : DEAD CAN DANCE (évidemment !), LAIBACH , mais aussi les symphonies de poche de DIVINE COMEDY ou de MICKAEL NYMAN, par exemple.







H :   ...Et dans les domaines littéraire, philosophique, spirituel, artistique etc, quelles sont vos préférences et vos sources d'inspiration ?



Dans le domaine spirituel, nous sommes naturellement portés vers le paganisme européen. Mais un paganisme apollinien, solaire. Le côté sombre et dérangé du " paganisme " affiché par les groupes goths en général, des groupes américains en particulier, ne nous intéresse pas (sans parler même du satanisme) ! Nous n'avons pas de problèmes personnels à régler avec le christianisme ! Nous ne sommes pas pour un " christianisme inversé ", mais pour la transmutation des valeurs nietzschéennes, qui n'a rien à voir avec la morbidité ou une attirance malsaine pour " le Mal ".
Nous sommes par ailleurs influencés par les philosophies de la décadence (ce qui ne veut pas dire que nous aimons et recherchons les comportements décadents). Cette philosophie, inspirée des paganismes européens et hindous et basée sur la vision cyclique traditionnelle de ces spiritualités, nie le mythe judéo-chrétien du progrès comme bénéfique et affirme que, loin de progresser, l'humanité est en régression constante, d'un point de vue spirituel, culturel, voire physique !
Un simple exemple : qu'est-ce qui distingue l'homme moderne athée, de la fourmi ou du batracien ? Rien : il passe son temps à trouver les moyens de sa subsistance, avant d'être poussé presque instinctivement à se reproduire avant de mourir. Quel est le but d'une telle vie ? Où est l'humanité dans une telle existence ? Est-ce pour cela que les sociétés occidentales modernes connaissent un taux de suicides (ou de comportements suicidaires) inégalé dans l'histoire de l'humanité ?


Le mythe du " progrès " et de la " Raison " a transformé l'homme en animal consommant. L'étape suivante consiste à lui enlever tout ce qui lui reste d'humain, à savoir son identité. C'est le but de la mondialisation (les différences culturelles nationales sont un frein à la production de masse universelle : les briser est le but ultime de la civilisation du " progrès " !).

La littérature est une chose très mineure pour moi. Je ne dis pas qu'il ne faut pas lire, au contraire : le développement personnel est central dans notre vision du monde. Mais alors que nous vivons une période de changements révolutionnaires comme il en arrive très peu dans l'histoire de l'humanité, comment parler avec enthousiasme de belles histoires ?



 

H:   Un autre aspect, et non des moindres, de votre démarche et de tout ce qui fait l'âme d'AION, c'est votre profond enracinement dans l'héritage culturel européen, voire même, n'ayons pas peur des mots, votre orientation "militante" dans un sens très identitaire. Ceci n'est guère courant dans le milieu des musiques dites "sombres" ou "froides", notamment en France... Peux-tu nous exposer de manière synthétique les diverses dimensions de cet engagement ?

 
L :   Une chose m'énerve particulièrement : ne pas aller jusqu'aux conséquences ultimes de ses engagements.
Un exemple : le Tibet. Combien de belles âmes s'émeuvent du destin de ce petit pays ? Combien militent même pour la défense de ce pays ? Les autorités chinoises ont très bien compris comment briser la résistance des Tibétains. Pas par la violence, non : par l'ethnocide. C'est-à-dire par l'immigration de chinois d'ethnie Han qui par leur présence massive corrompent et détruisent l'identité tibétaine. Personne ne songe à parler d' " enrichissement par les différences ", de " chance pour le Tibet " ! On sait qu'il s'agit d'une stratégie cynique du pouvoir central. Elle avait d'ailleurs déjà été appliquée avec succès par Staline.
Comment ne pas voir que ce qui arrive au Tibet est exactement le même phénomène que nous vivons actuellement (la violence des nouveaux arrivants en plus) ?


Comment ne pas comprendre que des pays " mondialisés ", acculturés, ne pourront rien faire pour défendre la culture nationale d'ethnies menacées, parce qu'ils participent eux-mêmes au phénomène ethnocidaire. Comment justifier le Tibet aux Tibétains quand on criminalise ce même slogan pour son propre peuple ?
Le milieu des musiques sombres ou froides, comme tu le dis, est un de ceux où les imageries se plongent le plus dans notre " plus longue mémoire ". Malheureusement souvent en les dévoyant pour faire passer des petites psychoses personnelles. Parce qu'effectivement, pour être plongé dans les mythologies européennes et être en même temps vaguement mondialiste, il faut être un petit peu schizophrène ! Ce qui m'étonne moi, c'est qu'il n'y ait pas plus de gens qui associent la forme identitaire européenne et le fond, dans ce milieu.
H :   Votre choix de l'utilisation de diverses langues européennes pour vos textes (Français, Anglais, Allemand, Italien, Latin...) découle-t- il directement de votre enracinement identitaire ?...
L :   Oui et non. La raison première était notre désir d'utiliser les mélodies particulières à chaque langue. Nous voulions évidemment que notre album soit majoritairement chanté en français, mais les sonorités d'autres langues " collaient " mieux sur certaines chansons. Mais s'ajoute à cela effectivement la volonté de montrer notre engagement européen, de sortir du cadre hexagonaliste. Comme nous sommes respectueux des différences, nous avons voulu éviter le piège du " tout anglais ". Quant au latin, sur la chanson titre, " Devotio", il s'imposait car il s'agit du texte original de Tite Live.




H :   Le "politiquement correct" et les flics de la pensée tenant partout le haut du pavé, l'affichage de ce côté "engagé" ne vous fait-il pas connaître parfois des difficultés ?... A-t-on tenté de vous diaboliser, de vous exclure de certains milieux musico-culturels auxquels vous êtes pourtant plus ou moins rattachés ?... Je pense notamment à la presse parallèle, fanzines, assos, diffusion etc...
L :   Nous ne nous sentons pas exclus car nous n'avons jamais cherché à y rentrer ! c'est un peu notre problème : nous sommes commercialement nuls et nous ne faisons pas d'efforts pour nous imposer. En fait, nous nous sentons plus libres avec notre petite diffusion : libre de pouvoir dire ce que l'on veut, sans avoir à faire de concessions. Notre album s'est fait exclusivement en home studio, donc avec des frais limités (c'est incroyable ce qu'on peut faire de nos jours chez soi !) : une diffusion d'un millier d'exemplaires à suffi amplement à couvrir tous les frais. Je trouve d'ailleurs que c'est déjà un assez joli score. Ceux qui connaissent AION savent où nous trouver, le bouche à oreille marche bien.... en clair : j'emmerde les flics, les assocs et la " presse parallèle " en général.

H :   Vous sentez-vous également sensibilisés par certains combats menés sur des fronts parallèles, comme l'Ecologie, la condition animale, etc ? Selon vous, ces questions s'intègrent-elles à une problématique globale, ou bien doivent-elles être traîtées de manière strictement indépendante ?


Evidemment que ces questions s'intègrent à une vision du monde globale ! Le rapport de l'homme au Cosmos est éminemment dépendant de sa philosophie, de sa culture : environnement, condition animale, bioéthique,... tout cela est lié.

En fait, deux visions du monde s'opposent : pour les gens du Livre, Dieu a créé l'homme pour qu'il dispose du monde à sa guise. Conséquences : l'homme est en dehors du cosmos (de la nature, les animaux,...), il est parfait (à l'image de Dieu lui-même) donc intouchable et est propriétaire du monde qui l'entoure. Pour les civilisations traditionnelles, l'homme (comme les dieux, d'ailleurs) est partie intégrante du Cosmos... Si pour Héraclite " Les Dieux sont des Hommes immortels, les Hommes des Dieux mortels ", les uns comme les autres font partie du grand tout... Zeus lui même ne prend-t-il pas souvent l'apparence d'un animal pour se mêler au monde des hommes ?Ainsi, pour un monothéiste, considérer que les grands primates sont des hominidés ou que l'on puisse toucher au génome humain, sont péchés absolus ! Les explications larmoyantes sur " les dangers de l'eugénisme " ne sont que littérature et " foutage de gueulure " pour les gogos. Il est à cet égard remarquable que l'on ait nommé un homme de tradition biblique, le Professeur Axel Kahn, à la tête du Comité de Bioéthique : on voit tout de suite dans quelles directions vont aller les réflexions de ce comité !

Le rapport de la société occidentale moderne à son environnement , nolens volens très influencée par le Judéo-christianisme (expression qui prend tout son sens dans ce cas précis), mais également à lui même (on pourrait également parler du rapport à la mort), ne peut se comprendre qu'en élargissant la problématique à une Weltanschauung spirituelle et philosophique.

H :   Comment concevez-vous l'évolution (ou l'involution) prochaine de l'espace politico-culturel européen, à plus ou moins longue échéance ?...


L :   Camarade citoyen du monde, bienvenue dans la première guerre civile.... mondiale !




H :   Dans ce qu'il est convenu d'appeler la scène "sombre" -au sens large du terme-  ou les "Nouvelles Musiques Européennes", de nombreuses formations de tous pays affectent elles aussi, tout comme vous, une imagerie et un contenu très enracinés, comme par exemple LAIBACH, VON THRONSTAHL, DER BLUTHARSCH, FORTHCOMING FIRE, DEATH IN JUNE, et bien d'autres... Appréciez-vous ce qu'ils font, et y aurait-il des références similaires mais moins connues dont vous pourriez recommander l'écoute ?...



L :   J'aime beaucoup ces groupes, même s'il me semble parfois que le côté underground, expérimental, sert à cacher un certain manque d'inspiration musicale (remarque qui ne se limite pas à ces groupes en particuliers, mais à tous ceux qui se contentent d'une voix d'outre tombe ou saturée sur fond de bruit bizarres - fournis en preset sur leurs petites machines - ou sampling de leur cuvette de chiottes).Autant vous dire que mes goûts musicaux sont assez éclectiques, donc ma connaissance de chaque style pas encyclopédique ! Je connais certainement beaucoup moins de groupes de ce genre que le lecteur moyen de tes publications !
H :   Le fait que les membres d'AION résident dans des pays différents ne doit pas être une situation facile à gérer... Comment cela se passe-t-il pour composer, répéter, pour les concerts, etc ?

L :   Vu notre éloignement, nous sommes surtout un groupe de studio ! Effectivement, nos concerts sont rarissimes parce que les occasions de nous voir sont rares. Nous échangeons principalement des cassettes ou disquettes, retravaillons les morceaux de l'autre et les renvoyons à l'expéditeur. L'émulation n'en est que plus forte : on ne peut décemment pas renvoyer quelque chose qui n'a pas été profondément amélioré ! Les quelques fois par an où nous composons réellement ensemble sont par contre souvent l'occasion de jaillissements d'idées qui m'impressionnent toujours. Stéphane est un guitariste d'une créativité exceptionnelle, mais qui se contente trop facilement de ce qu'il fait. Quand je le pousse dans ses retranchements, il y a intérêt à laisser tourner le magnéto ! Et alors, il faut que je me transcende pour trouver un arrangement à la hauteur !




H :   En fait, on n'entend plus beaucoup parler de vous depuis la sortie, pourtant remarquée, de votre premier album "Devotio", en 2000... Le groupe est-il actuellement "en sommeil", ou nous préparez-vous votre grand retour pour bientôt ?...



L :   La préparation de " Devotio " m'avait un peu dégoûté de la musique. Stéphane, de son côté, refaisait sa vie du coté de l'Europe Centrale et n'avait plus beaucoup de temps à consacrer à cela. Mais depuis notre dernière session ensemble, nous avons déjà 5 ou 6 titres en chantier, dont le premier extrait est fini et devrait sortir d'ici quelques semaines sur une compilation consacrée à l'anti-mondialisation. A cette occasion, nous avons provisoirement abandonné les thèmes métapolitiques pour nous lancer dans une bataille plus tournée vers l'actualité immédiate. Nous continuons à travailler sur le reste de l'album, qui devrait être prêt dans les mois qui viennent.



H :   D'après mes sources, vous travaillez actuellement en collaboration avec KAISERBUND sur la composition de nouveaux morceaux... Faut-il donc s'attendre à un changement de style radical, sur votre prochaine réalisation ?... Le nouveau son d'AION ne va-t-il pas s'orienter davantage vers un genre Electro-Indus, voire Technoïde ?...

L :   E possibile ! Tu as de bonnes sources ! Un genre plus remuant nous intéresserait effectivement et représenterait une autre facette réelle de notre personnalité. Mais il y aura également quelques morceaux folks sur base de guitare 12 cordes et d'ambiances symphoniques.


H :  Afin de conclure cet entretien comme nous l'avons commencé, sans déroger aux conventions, je te laisse le mot de la fin. Donc, tu as carte blanche !...

L :  Cela commence à devenir une tradition pour terminer nos interviews... : Apollon reviendra !







DISCOGRAPHIE :
-Participation au split CD " Nouvelles Musiques Européennes ", 1994
-Album CD " Devotio " (Coproduction Mémorial Records/NEM, 2000)




PAROLES DE CHANSONS

L'ASCETE ET LE GUERRIER

Je ne suis pas né d'un hasard
Je suis le fruit d'une histoire
Et je tiens dans mes mains
Le monde de demain
Pour unique destin
D'être un Européen
De la naissance à la fin
Le sang est notre lien
Par cette loi sacrée
Transcender l'humanité
Ensemble, âmes immaculées
Rechercher l'ascète et le guerrier
Façonnés par les millénaires
Nos ancêtres et la terre
Leur sang coule dans mes veines
Leur sang coule et leurs peines
Leur souvenir enivrant
Nous conduit incandescents
Vers la force et la pureté
D'un âge d'or retrouvé
Par cette loi sacrée
Transcender l'humanité
Ensemble, âmes immaculées
Rechercher l'ascète et le guerrier
 


SOUS L'ORAGE

Sous l'orage et la pluie, dans le vent, la marée
Les hommes endormis, l'océan déchaïné
La colère des Dieux devant leur apathie
Noircissant les cieux
Où est leur volonté, là est leur liberté
Dans le vent, la marée, les hommes trop nourris
Remâchent leur passé et leurs rêves enfouis
Vieillissant doucement, leurs cheveux blanchis,
Sans songer un instant
Qu'où est leur volonté, là est leur liberté
Dans un monde trop grand, les hommes inconscients
Livrent sans testament leurs terres aux puissants
Et sans verser de sang sacrifient leurs enfants
Oubliant simplement

Qu'où est leur volonté, là est leur liberté


SALUT AU SOLEIL
 
Sol est sans alliés
Dans les temps glacés
Les hommes ont oublié
L'essence du sacré

Salut Sol, Soleil

Domine les nuées
De ta course, Soleil
Sombre est la Cité
Répands ta clarté

Salut Sol, Soleil



OSSAMA WAR (2001)
 
Camarade citoyen du monde, bienvenue à toi
Dans la première guerre civile … mondiale !

Plus de lois, plus de frontières entre toi et la guerre
C'est la mondialisation : putain de révolution (ha ha ha) !
Ton voisin d'en face, jogging et nike air,
Citoyen modèle d'une société libérale
Cultive ses souches virales (ha ha ha) !
" Pas d'amalgames, non ! Ce n'est pas une guerre de religion "
Plutôt un " outsourcing "… bidon !

Oh oh Ossama est là haut
Oh oh et dans tous les cerveaux
Ossama c'est le libre échange et les capitaux
Des succursales dans tous les pays occidentaux
Oh oh Ossama eïa o
Ossama symbole des temps nouveaux
Ossama est disponible aussi à domicile
Retour sans frais, c'est garanti, tu vois c'est facile !

Around the world, oumma oumma oumma.war, let's go !



Et pour conclure en beauté...
UN PEU DE SON :



"Ein Beweis"



"Sous l'orage"



"Salut au Soleil"


"Devotio"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire