mercredi 31 janvier 2018

SYSTEM OF HATE : "Unhallowed Ground" [CHRONIQUE]

SYSTEM OF HATE
Unhallowed Ground
CD Digipack

RET Records
2016


 Il y a le Post-Punk, dont sont directement issus la Coldwave et le Gothic Rock, et dont les racines musicales punks sont plus ou moins évidentes et marquées, selon les divers groupes et artistes qui en procèdent. Et il existe aussi une autre mouvance, elle-même proche du Post-Punk mais encore plus étroitement apparentée au Punk, puisqu'elle en constitue un sous-courant à part entière. Cette branche méconnue et quelque peu sous-représentée, bien que pouvant se prévaloir d'une historicité certaine, c'est celle que l'on ne saurait désigner sous un nom plus approprié que celui de Dark Punk, ou Punk Rock sombre. SYSTEM OF HATE est un groupe d'autant plus exceptionnel qu'il se rattache indéniablement à cette catégorie d'oiseaux rares.


 Né fin 2012 des cendres du mémorable groupe Punk Rock TOTAL CONFUSION, resté hélas quasi inconnu en France, SYSTEM OF HATE est basé à Barnsley, petite ville d'environ 74000 habitants située au Nord de l'Angleterre; et plus précisément
dans le Yorkshire du Sud, entre Leeds et Sheffield.

 Le morceau d'ouverture "Rogue Apostle" ouvre les hostilités, balançant sans ménagement une charge sonore furieuse qui annonce d'emblée la couleur. Le groupe n'a pas l'intention de bercer l'auditeur de douces romances ou de mièvreries consensuelles, et tout éventuel malentendu à ce sujet se voit dissipé dès les toutes premières secondes. C'est radical, et pour le coup, la confusion n'est pas au rendez-vous.

 Le caractère général plutôt rageur et offensif des compositions, brillamment portées par la guitare incisive de Patrick Crawford comme par les vocaux rocailleux de Dave Sutcliffe, se singularise par une dose récurrente de tension orageuse, que viennent renforcer des nappes de clavier du meilleur effet.

 Ce synthé qui, en sus d'un son de basse particulièrement mis en avant, contribue pour une large part à insuffler à l'ensemble une atmosphère assombrie et glacée, n'est pas un instrument que l'on retrouve souvent dans l'orchestration des groupes punks. La formule peut pourtant accoucher d'étonnants résultats, et de fait, aucune incompatibilité réelle n'existe sérieusement en la matière, ce que SYSTEM OF HATE parvient une nouvelle fois à démontrer avec brio.  

 Il est pour ainsi dire impossible de ne pas songer, par moments, à l' illustre KILLING JOKE, même si la voix du chanteur est sans rapport avec celle de Jaz Coleman. Ceci est particulièrement flagrant sur un titre comme "Apostle of Pain", ce que ne manqueront assurément pas de relever les fans avertis de la Blague qui tue.

 Pour ce qui est des textes des chansons, ceux-ci abordent des sujets tels que les horreurs de la guerre ("Kiss the World", "Killing Fields"), la religion ("Rogue Apostle", "Zealot's Path", "Antichrist", "Apostle of Pain"), les aspects oppressifs et répressifs du Système politico-social établi, et autres joyeusetés traitées sous un angle très noir, d'un point de vue pessimiste voire carrément nihiliste.

 Ce qui constitue sans doute le meilleur de tout se réserve pour la fin, l'album venant superbement se refermer avec son morceau-titre d'une durée de 7 minutes, dont les sonorités brutes, froides, et le feeling quelque peu désabusé voire taciturne ne sont pas sans rappeler les plus grands moments des débuts de JOY DIVISION.

 En résumé, SYSTEM OF HATE nous présente donc là un premier album d'excellente facture, qui ne pourra que fédérer à coup sûr certains amateurs de sonorités dures, puissantes et plombées, fussent-ils des inconditionnels du Punk pur et dur, du Punk sombre ou du Post-Punk old school, digne des plus grands noms parmi les grands anciens du genre. 

 C'est là une divine surprise, en cette triste période où un sectarisme étroit et borné prédomine hélas trop souvent, et où les diverses chapelles musicales et leurs fidèles respectifs apparaissent plus fermés et repliés sur eux-mêmes que jamais. SYSTEM OF HATE s'impose en se démarquant clairement du lot, en s'affirmant de par son originalité marquée par une identité solide, à la fois composite et novatrice. Ceci est extrêmement prometteur pour la suite, en croisant les doigts pour qu'ils persévèrent sur cette voie, dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle leur réussit. A ne pas rater, et à suivre de près.

Hans Cany



Note : 8/10


*******************

Tracklist :

1. Rogue Apostle
2. Kiss the World (1916)
3. Crucified
4. Antichrist
5. Sanatoria
6. Zealot's Path
7. Mutilation
8. Apostle of Pain
9. Killing Fields
10. Unhallowed Ground
 
 *******************

 Official website :
http://www.systemofhate.com


Official Facebook page :
https://www.facebook.com/systemofhate



*******************

VIDEOS 

"Unhallowed Ground" (short sample)



 "Sanatoria"



"Apostle of Pain"

 
 "Killing Fields"

 
"Zealot's Path"


***************************


Dave Vanian (THE DAMNED),
exhibant fièrement son exemplaire
d' "Unhallowed Ground".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire