mercredi 9 janvier 2019

ATRIUM NOCTIS : Aeterni [CHRONIQUE]

ATRIUM NOCTIS
Aeterni

CD

Sliptrick Records
2017


Si ce n'est qu'avec ce disque que je découvre ce quintette de Metal sombre allemand basé à Cologne, ATRIUM NOCTIS signe en fait ici son quatrième album, Aeterni faisant en effet suite à Home, sorti en 2010, lui-même succédant à deux premiers opus respectivement autoproduits en 2004 et 2005. Autant le préciser d'entrée de jeu, ce ne sont donc pas à des nouveaux venus et encore moins à des débutants que nous avons affaire, même si cette formation ne bénéficie peut-être pas, sous nos cieux, du niveau de notoriété qu'elle mériterait indéniablement.


Comprenant deux femmes et trois hommes, le line up se compose de la claviériste -et compositrice de l'ensemble de la musique- Hydra Gorgonia, du guitariste Sturm, du bassiste Thyratus - que l'on retrouve aussi en tant que seconde guitare et à la guitare acoustique -, ainsi que de Hein et Kalliope, aux vocaux.De façon générale, la musique du groupe sur cet album, entièrement chantée -et vociférée- dans la langue de Goethe,  fait la part belle à l'aspect mélodique et aux nappes de clavier, lesquelles nimbent l'ensemble d'atmosphères mystiques, obscures, évocatrices, et d'ambiances grandiloquentes chargées d'une forte dose de théâtralité.


Le disque s'ouvre sur Datura noir, morceau de Black Metal symphonique mid-tempo avec alternance de vocaux black et death, agrémenté d'une mélopée de voix féminine enchanteresse.

Le second titre Zerberons Erwachen a quant à lui fait l'objet d'un clip vidéo officiel, lequel reflète assez fortement,
sur le plan visuel, le côté théâtral que j'ai déjà évoqué au sujet de la musique. On y retrouve en outre la même formule de chant que sur la première piste, alternant vocaux death et black.

Commençant par une courte introduction épique à la SUMMONING, le tempo du morceau AD I s'accélère brusquement, pour s'engager sans crier gare sur la voie d'un Folk Metal à la rythmique endiablée et follement festive, pouvant évoquer une sorte de FINNTROLL aux accents slaves ! Surprenant, mais réussi.

 
Leviathan s'ouvre sur une brève intro parlée en allemand, au sujet du monstre marin de la mythologie biblique. Reprenant là encore la formule magique d'un clavier ensorcelant et baroque, de guitares puissantes, d"alternance de vocaux death/black et de superbe mélopée féminine, il s'agit à mon sens de l'un des  morceaux phares de l'album. 

AD II n'est autre que la brillante adaptation instrumentale d'un  fameux thème de musique classique tiré de la  "Symphonie du nouveau Monde", du compositeur tchèque Antonin Dvorak (1841-1904), et dont l'air emblématique est efficacement repris au clavier.


 Die Nacht des Falken , la Nuit du Faucon, comme le suggère son titre, est empreint d'un feeling très païen, mêlant rythmiques martiales, clavier grandiose, atmosphère épiques, et très belles envolées de voix féminine, contrastant remarquablement avec le côté guerrier des vocaux masculins à tendance death et black.Très bon.

L'album se referme enfin sur sa setième et ultime piste, une courte outro instrumentale à la guitare sèche, intitulée ADE.


Alors bien sûr, il ne faut pas être allergique au côté mélodique, aux claviers ni aux voix féminines. Tout ceci ne plaira sans doute pas au noyau dur des puristes du "Trve Evil" BM,  bien connus pour leur grande finesse et leur ouverture d'esprit hors du commun...
Mais de moins sectaires qu'eux pourraient apprécier cette oeuvre à sa juste valeur, et seraient donc bien inspirés d'y prêter l'oreille. Ne serait-ce qu'histoire de ne pas passer à côté d'un groupe plutôt original et objectivement intéressant. 

 
Officiant dans un registre Pagan Dark/Black Metal à la fois mélodique et épique, ATRIUM NOCTIS nous offre
avec Aeterni un brillant florilège de ses talents créatifs et de ses influences multiples, diverses et variées, incluant entre autres le Gothic Doom, le Death mélodique, la Folk païenne et la musique classique. C'est en ce sens que, même si la base en reste bel et bien présente, il serait pour le moins réducteur de ne définir le groupe que comme une formation de Black Metal. L'appellation Dark Metal me semble ici mieux adaptée, puisqu'elle recouvre un domaine plus large, s'affranchissant des codes et des critères qui délimitent plus ou moins étroitement le genre. 

La richesse des compositions d'ATRIUM NOCTIS comme la diversité de ses arrangements ne sont pas sans rappeler les meilleures périodes de DIMMU BORGIR, parait-il. N'étant personnellement, malgré sa notoriété et aussi curieux que cela puisse paraître, pas du tout connaisseur du fameux combo norvégien qui passe aujourd'hui pour "mainstream", je serais bien incapable de confirmer ou d'infirmer le bien-fondé de cette comparaison...  En ce qui me concerne, je peux juste attester du fait qu'avec Aeterni, ATRIUM NOCTIS aura réussi à me plaire. Au Diable tout le reste, puisque c'est bien là l'essentiel.


Hans Cany



 Note : 9/10

***********************

ATRIUM NOCTIS
 

Official Facebook Page
https://www.facebook.com/atriumnoctis


***********************

CD disponible via
la boutique en ligne du label :
https://deadpulse.com/product/atrium-noctis-aeterni


***********************


TRACKLIST


1. Datura Noir 
8:20
2. Zerberons Erwachen 
8:32
3. AD I 
3:35
4. Leviathan 
9:30
5. AD II 
2:53
6. Die Nacht des Falken 
9:37
7. ADE 
1:25


 
Durée totale : 42mn32s



***********************

Full album

 

"Zerberons Erwachen" official video

Aucun commentaire:

Publier un commentaire