samedi 3 mars 2018

MONOLITHE : Nebula Septem [CHRONIQUE]

MONOLITHE
Nebula Septem

CD Digipack

Les Acteurs De L'Ombre
2018

 Ces Parisiens n'en sont certes pas à leur coup d'essai, tant s'en faut, puisque "Nebula Septem" n'est rien de moins que leur septième opus, le plus ancien remontant déjà à l'an 2003. Cependant, il marque pour le groupe l'entrée dans une phase inédite, puisque c'est la première fois que le monolithe se fragmente en sept morceaux, au lieu de la longue piste unique ou des trois plages musicales prolongées qui constituaient jusqu'à présent sa marque de fabrique.

 Sept membres dans le groupe, un septième album, sept morceaux d'une durée de sept minutes exactement chacun, des titres de chansons commençant chacun par l'une des sept premières lettres de l'alphabet... A cela s'ajoute le fait que
la tonalité de chaque morceau correspond à l'une des sept notes de la notation musicale anglo-saxonne...  Il n'échappera évidemment à personne que le chiffre sept revêt une importance toute particulière dans le concept qui sous-tend le disque. Ceci ne relève en rien d'une fantaisie gratuite lorsque l'on sait que c'est Sylvain Bégot, guitariste et compositeur du groupe qui, très porté sur ladite dimension conceptuelle, s'est ici employé à l'élaborer.

 Le sept est un chiffre sacré que l'on retrouve de façon récurrente dans le nombreuses traditions mystiques et spirituelles, de tous temps et sous toutes latitudes. Il y a donc non seulement sept notes musicales, mais aussi sept jours dans la semaine, sept Merveilles du monde antique, sept péchés capitaux dans le mythe judéo-chrétien, sept métaux que l'on associait naguère aux sept corps célestes connus chez les Anciens comme en Alchimie, et même les chakras de la Tradition asiatique sont au nombre de sept. Cette petite énumération n'est cependant même pas exhaustive, les exemples étant véritablement légion. Aussi n'est-il pas interdit de se demander si le principe inhérent à ce mystérieux chiffre sept n'est pas celui qui régit l'Univers tout entier...

 A cette question s'associe tout naturellement celle de la vie extra-terrestre, et la thématique  de "Nebula Septem" gravite justement en orbite autour de celle-ci, à travers les textes de
chacune de ses sept chansons qui narrent une singulière histoire de science-fiction. Caractérisé par des apports progressifs qui, associés à des nappes de clavier épiques et grandioses ainsi qu'à quelques discrètes touches de sonorités électroniques, viennent étoffer toute la noirceur et l'imposante profondeur de ses atmosphères, ce Dark Metal d'excellente facture, de tendance Doom-Death, est une musique à la fois puissante et psychédélique qui invite littéralement au voyage astral, immergeant l'auditeur au coeur des  profondeurs insondables de l'immensité interstellaire et de ses ténébreux mystères.

 Une technicité  bien dosée et employée à très bon escient, sans jamais dégénérer en de dispensables et pénibles longueurs ni sombrer en d'ennuyeuses et grandiloquentes digressions sonores, témoigne en outre du remarquable niveau de maîtrise de ces musiciens hors pairs, ce qui n'est assurément pas pour déprécier l'oeuvre dans son ensemble. L'écoute de l'album dans son intégralité me semble d'ailleurs si prenante, si captivante, que j'ai toujours peine à croire que 49 minutes se son bel et bien écoulées lorsque je parviens au moment où s'éteint sa dernière note, et que j'ai grand-peine à résister à la tentation de tout relancer depuis le début. C'est dire combien j'apprécie ce disque, et si j'ai très sincèrement le sentiment que MONOLITHE vient d'accoucher là d'une galette exceptionnelle, sans doute celle de sa consécration en  tant que formation d'importance majeure.

 On pourra dire que l'année 2018 aura débuté très fort pour la scène Metal hexagonale, en voyant ainsi naître une création de haute qualité,  très certainement appelée à faire date. Ne l'ignorez donc surtout pas, au risque de passer à côté de quelque chose de grand.
Si ce genre musical est a priori dans vos cordes, et si, pour soutenir des artistes talentueux comme un label aussi passionné que méritant, vous prenez l'excellente initiative d'acheter ce disque, dites-vous bien qu'il n'y a que fort peu de chances que vous regrettiez votre investissement.



Hans Cany




8/10

******************************

TRACKLIST
 

1. Anechoic Aberration  [7:00]
2. Burst in the Event Horizon  [7:00]
3. Coil Shaped Volutions  [7:00]
4. Delta Scuti  [7:00]
5. Engineering the Rip  [7:00]
6. Fathom the Deep  [7:00]
7. Gravity Flood  [7:00]


******************************

CD Digipack, Double LP vinyl et merchandising disponibles
directement via la boutique en ligne du label :
https://lesacteursdelombre.net


******************************


******************************




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire