mercredi 21 mars 2018

GOATPSALM : Downstream [CHRONIQUE]

GOATPSALM
Downstream

CD

Aesthetic Death
2016


 Derrière une pochette au visuel tout aussi splendide qu'énigmatique et inquiétant, se dissimule le troisième album de la Psalmodie du Bouc (GOATPSALM), formation russe au style pour le moins atypique et difficilement classable, puisque celui-ci se situe au point de jonction entre Funeral Doom, Dark Ambient, Black Metal atmosphérique et Folk sombre.
 

 Ici, les bruitages, insinuant des ambiances spécifiques, revêtent une importance capitale. Le ruissellement d'un petit cours d'eau,  les mystérieux murmures de la forêt, suggèrent les profondeurs obscures et mystérieuses de
l'impénétrable taïga, tandis que, plus loin, les bruissements infinis du ressac, accompagnés du cri aigu des oiseaux de mer, évoquent quant à eux les rivages désolés de l'immensité sibérienne, constamment battus par des vents glacés.

 La musique en elle-même se caractérise par des atmosphères particulièrement sombres et grandioses, soulignées de nappes de clavier envoûtantes,
sur lesquelles viennent se greffer des riffs de guitare et de basse à la fois pesants et puissants. Des percussions au tempo plombé contribuent à créer une rythmique lancinante, aux sonorités répétitives et hypnotiques, et qui, complétée par de nombreux passages d'instrumentation traditionnelle,  plonge littéralement l'auditeur dans l'univers hallucinatoire des antiques rituels chamaniques et de leurs ténébreux arcanes. Les vocaux ont quant à eux des accents franchement lugubres, oscillant entre sussurements anxiogènes et  grondements  gutturaux, s'aventurant quelquefois jusqu'aux limites de la vocifération démoniaque de type Black Metal.

"Downstream", c'est une plongée en aval, à travers l'humus né de la décomposition organique, dans les entrailles de la Terre-Mère, au fin fond d'un monde souterrain ignoré.  En sept longues plages musicales pour une durée totale de 58 minutes, son écoute intégrale constitue à proprement parler une sorte d'expérience initiatique, vécue entre les tréfonds de la pénombre sylvestre et la sinistre noirceur chtonienne du royaume des morts. L'immersion dans ce monde sonore mystique, étrange et cauchemardesque, s'apparente de fait à une sorte de transe rituelle, à un singulier voyage astral dont on ne revient qu'avec la confuse sensation d'avoir véritablement erré, en esprit, sur des terres lointaines et inconnues.

 Une oeuvre originale, brillamment inspirée, à l'identité marquée, et qui devrait donc en toute logique faire date, tant elle excelle à retranscrire les atmosphères et les ressentis qu'elle s'était fixés pour objectifs, de son prologue à son épilogue. A découvrir absolument.



Hans Cany



Note : 10/10


*********************

TRACKLIST

1. Grey Rocks
2. Flowers Of The Underworld
3. White Sea
4. Orphan
5. Of Bone And Sinew
6. The Waylayer (A Great Spring Hunger)
7. Downstream
*********************

BANDCAMP

AESTHETIC DEATH RDS
(CD disponible ici)

GOATPSALM OFFICIAL FACEBOOK PAGE


*********************

"Flowers of the Underworld"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire