vendredi 28 février 2020

ENOID - Livssyklus & Dodssyklus [CHRONIQUE]

ENOID
Livssyklus & Dodssyklus

CD

Coproduction
GrimmDistribution / Final Gate Records
2017

Style : Raw Black Metal
Origine : Suisse



Belle sortie que cette compilation regroupant sur un seul CD - pressé à 500 exemplaires - les deux premiers albums de ce ténébreux  projet helvétique. Si vous ne le savez pas encore, l'âme damnée qui se dissimule derrière ENOID n'est autre que celle qui s'incarne également en BORGNE, à savoir le sieur Bornyhake, passé maître ès arts noirs et dont la renommée en la matière n'est d'ores et déjà plus à faire. Seulement, si BORGNE officie dans le registre d'un Black Metal plutôt atmosphérique et enrichi de sonorités industrielles, ENOID se singularise quant à lui par une approche musicale sensiblement différente. Cette approche enoidienne, c'est celle d'un  Black froid, brut et brutal qui, sur fond de riffs agressifs et de blast-beats supersoniques, suinte littéralement la mort, la crasse, la pourriture, la décomposition et la haine...

Livssyklus et Dodssyklus, initialement sortis en 2006 et 2007, étaient d'une telle homogénéité stylistique et conceptuelle qu'il apparaissait en fait tout naturel de les réunir en un seul album longue durée. C'est donc là une excellente initiative de la part des Ukrainiens de GrimmDistribution, filiale du label russe Satanath Records, que de nous les faire (re)découvrir ainsi compilés, en reprenant à l'identique l'intégralité des deux disques. Le style est globalement agressif à base de guitare saturée et de vocaux distordus qui nous assènent des paroles en français aux formes, aux fonds  et aux formulations sinistres, ne lésinant pas sur le macabre ni sur la glauquerie la plus sordide. On remarquera aussi particulièrement la cadence ultra-rapide des percussions, qui en sont pourtant bel et bien de "vraies" et non le travail d'une boîte à rythmes, comme on pourrait être tenté de le croire de prime abord. Et cela rend d'ailleurs la performance d'autant plus remarquable ! Mais malgré toute cette brutalité et ce côté "raw", ENOID parvient à créer des ambiances véritablement sombres et d'une rare intensité. De par sa musique aux arpèges tout aussi lugubres qu'inquiétants, bien sûr. Mais aussi de par ses vocaux. Et ses paroles.

Au delà de la violence du style et de la vélocité du tempo qui entraîne le tout dans une sorte de sarabande infernale, les ténèbres qui enveloppent les treize compositions ici présentes se font si denses qu'elles happent inexorablement  l'auditeur dans un univers cauchemardesque fait de profond mal-être, de nihilisme existentiel, de dépression, de souffrance psychique, de fascinations morbides, de velléités destructrices et de pulsions suicidaires. L'ombre de la mort, du malaise, de la détestation, du reniement blasphématoire et de l'abandon de tout espoir plane en permanence sur l'intégralité de l'oeuvre, qui pousse la négativité jusqu'à inverser l'ordre des lettres qui en constituent les titres. De la conception et de la naissance jusqu'à la mort et à la décomposition, en passant par les affres de la souffrance et de l'autodestruction, tous les stades de l'existence et de la non-existence y sont successivement égrenés, non sans évoquer une sorte de  cycle sans fin qui a tout d'une malédiction. Si la première chanson Riruop, qui semble être la synthèse de Mourir et de Pourrir, précède celle qui s'intitule Ecnassian (naissance) et prend ainsi tout le processus à rebours, ce n'est de toute évidence pas sans raison...

Mention spéciale au morceau Rillieiv (Vieillir), très représentatif, et dont je recommande vivement l'écoute, tant il m'apparait comme l'un des titres-phares du disque.
L'impression qui se dégage de l'ensemble s'apparente assez furieusement à une sorte de catharsis. On a la sensation très nette que Bornyhake se décharge à travers ENOID de tous ses démons, de toute la noirceur, de la violence et de la négativité qui alourdissent et obscurcissent l'âme meurtrie d'un écorché vif. Cette âme, c'est celle de quelqu'un qui ne se sent décidément pas à sa place en ce monde, en cette époque et parmi tous ces êtres qu'on lui présente comme étant ses "semblables", mais qui en réalité lui sont foncièrement et fondamentalement étrangers, tant leur vision des choses, leurs aspirations et leur manière d'envisager l'existence divergent des siennes.
Pour tout dire, ENOID a donc ce petit "plus", ce petit je-ne-sais-quoi, assez difficilement définissable, qui fait qu'un groupe ou un projet sort du lot. Sans doute parce que ce petit "plus" lui donne une âme, une personnalité affirmées et tout à fait spécifiques, lesquelles lui confèrent une aura (noire) d'authenticité qui fait hélas défaut à tant d'autres.

Clin d'oeil involontaire ou pas (?), la onzième piste, de par son seul titre, ne manquera évidemment pas de raviver le souvenir, dans l'esprit des plus anciens et/ou des plus avertis, d'une certaine Mort à l'envers, mémorable compatriote d'ENOID dans les années 90. J'ai bien sûr nommé TROM, qui fut une formation amie de MORDOR. MORDOR, mystérieux et légendaire combo de Dark Metal fondateur du style que l'on désigne aujourd'hui du nom de Funeral Doom, et dont deux membres feront d'ailleurs en 2019, aux côtés de Bornyhake, partie du line up d'ASTRAL SILENCE pour donner naissance à son superbe album Sagittarius A* (voir chronique ici). Comme quoi le monde est petit... Mais n'est-ce pas plutôt cette montagneuse pépinière de grands talents qui est petite ? C'est dire en tout cas si, de façon générale, la Suisse a depuis déjà un bon moment acquis une réputation d'excellence qui n'est qu'assez rarement démentie. ENOID, au même titre que BORGNE, fait remarquablement honneur à cette réputation, devenue aujourd'hui un véritable label de qualité. A suivre de près, à faire connaître et à soutenir sans modération.

Hans Cany



NOTE : 8,5/10

*************************************

CD disponible via le Bandcamp
de GrimmDistribution :
grimmdistribution.bandcamp.com



*************************************

ENOID


Page Facebook officielle
www.facebook.com/enoidblackmetal

Bandcamp officiel
enoid.bandcamp.com



*************************************


ALBUM COMPLET






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire