mardi 17 avril 2018

MOURNING DAWN : Waste [CHRONIQUE]

MOURNING DAWN
Waste
CD Digipack
Aesthetic Death
2017

 Il ne faut pas se fier aux apparences, dit l'adage. Et concernant le format du présent disque, cela se vérifie tout particulièrement,  tant lesdites apparences s'avèrent trompeuses. S'il est théoriquement présenté comme un EP ne comprenant que 3 titres, sa durée n'en totalise pas moins... plus d'une heure ! On l'excusera du peu.
Sous couvert d'EP, c'est donc de facto à un quasi-album que nous avons affaire avec "Waste", au-delà d'une forme  pour le moins atypique et pouvant paraître de prime abord quelque peu déconcertante .

 Ce très long maxi vient faire suite, au moment de sa sortie, à trois précédents albums longue durée, sortis respectivement en 2007, 2009 et 2014. C'est dire si MOURNING DAWN n'en est pas à son coup d'essai, tant s'en faut, puisqu'il s'agit aujourd'hui d'une valeur reconnue, solidement établie et sans cesse montante de l'underground  hexagonal. Une reconnaissance et une popularité croissante qui sont loin d'être usurpées, de par la forte personnalité du groupe, son style typique, aisément reconnaissable, et la qualité plus que remarquable de ses créations.

 Ce style devenu depuis le début la signature musicale du combo français s'épanouit ici en donnant le meilleur de lui-même, sous la forme d'un Black/Doom Metal à la fois pesant, lancinant et surpuissant. L'atmosphère sonore ainsi générée, d'une rare intensité et d'une très profonde noirceur, se révèle ainsi véritablement cauchemardesque, empreinte de désillusion totale, de désespoir abyssal et de négativité intégrale, comme l'expression du nihilisme le plus absolu. Souffrance, peine, déclin, effondrement, déliquescence, désolation... Tels sont  les maîtres-mots qui  s'imposent si l'on veut traduire au mieux l'esprit qui plane sur l'ensemble de ce singulier opus.

  Pressé à seulement 1000 exemplaires par le fameux label britannique Aesthetic Death, "Waste" diffère donc de ses prédécesseurs discographiques non seulement par la longueur des trois morceaux qui le composent (très exactement 24 minutes et 12 secondes pour chacun), mais aussi  dans le fait qu'il s'agit d'une oeuvre conceptuelle. Les trois morceaux sont directement liés les uns aux autres. Plus précisément, les deux premiers, dont les titres se traduisent par "Celui que je n'ai jamais été" et "Celui que je ne serai jamais",  fusionnent ensuite dans le troisième, en cette sorte d'apothéose sous forme de constat d'échec que constitue la chanson "Waste" ("Gâchis"),  sous-titrée de manière éloquente "La déconstruction d'un être humain". Au final, techniquement, le morceau titre est donc une sorte de "mix" des deux précédents, et en synthétise efficacement toute l'insondable glauquerie.

 On l'aura bien compris à la lecture de ces quelques lignes, la musique ô combien festive de MOURNING DAWN, tant elle respire l'optimisme et la joie de vivre, n'est peut-être pas le choix le plus judicieux qui soit pour animer de petites sauteries endiablées ou autres soirées dansantes, et encore moins s'il s'agit de remonter le moral de votre pote dépressif... 
En revanche, et sans doute à défaut de sembler facilement accessible au commun des mortels,  ce que l'on pourrait définir comme une sorte de Doom particulièrement ténébreux mâtiné de post-Black Metal d'excellente facture a toutes les chances de séduire les âmes noires accoutumées à ce type de sonorités extrêmes. 

 Je serais même tenté d'ajouter que ce vrai-faux EP d'une durée inhabituelle, qui n'a rien d'anecdotique dans une discographie dont il constitue d'ores et déjà une pièce majeure, peut  constituer une fort bonne entrée en matière pour celui ou celle qui souhaite découvrir le groupe sans en avoir entendu les autres réalisations, tant il en est représentatif. Toutefois, compte tenu de la longueur exceptionnelle de ces trois compositions, laquelle peut en dérouter voire en rebuter certains, peut-être vaut-il mieux, pour un néophyte, commencer son exploration par les galettes précédentes. Mais cela peut varier d'une personne à l'autre. 
Pour preuve, je dois vous confesser quelque chose. Sachez qu'en fait, pour ma part, c'est justement ce "Waste" qui me fait vraiment découvrir MOURNING DAWN, que je ne "connaissais" auparavant que de nom. Et il aura suffi à me convaincre. Comme quoi...

Hans Cany




Note : 7/10



********************************

CD disponible directement via la boutique en ligne
du label :

 ********************************
 Bandcamp

 ********************************
Official Facebook Page

********************************

TRACKLIST

1. The One I Never Was  (24:12)
2. The One I'll Never Be (24:12)
3. Waste [The Deconstruction of a Human Being] (24:12)


********************************


FULL EP




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire