mardi 23 janvier 2018

HERCYNIA SILVA : "Le Culte des Forêts" [CHRONIQUE]

HERCYNIA SILVA
Le Culte des Forêts
CD-R Digipack
Autoproduction
2017


 Le nom de Forêt Hercynienne -Hercynia Silva en latin- désignait dans l'Antiquité un immense massif forestier, aujourd'hui disparu, qui recouvrait une vaste portion de territoire comprise entre l'Europe occidentale et l'Europe centrale. Cette mystérieuse et gigantesque forêt s'étendait peut-être même jusqu'aux confins de l'Europe orientale, si l'on se réfère aux indications que nous fournissent différentes sources d'époque.
En l'occurrence, on ne pouvait baptiser le groupe lorrain d'un nom plus approprié. Son univers est en effet celui des bois sacrés, des divinités forestières, de la Terre-Mère, du chamanisme, des croyances et des mythes multiséculaires.



 Issue des cendres du défunt projet cold rock/indus WESTMARK, lui-même né en 2012, HERCYNIA SILVA n'en est en fait pas à son premier coup d'essai, puisque deux albums, respectivement intitulés "Hercynia Silva" et "Dyeus Pater", avaient déjà été enregistrés précédemment, le premier en 2014, et le second en 2016. Troisième opus ayant vu le jour en octobre 2017, "Le Culte des Forêts" pourrait fort bien être celui de la consécration, si seulement il pouvait bénéficier de l'exposition et de la  reconnaissance qu'il mérite indéniablement. A défaut, il sera tout au moins celui de la révélation, dans la mesure où il révèle magistralement les potentialités créatives du groupe.

 Décrire la musique de l'album n'est pas chose aisée, tant elle se distingue des réalisations habituelles. Le plus simple et néanmoins le plus juste serait sans doute de reprendre les mots du groupe lui-même, lorsqu'il évoque une subtile alchimie entre Post-Punk, Rock industriel et Metal sombre, auxquels s'ajoutent ici et là quelques légères touches de sonorités électroniques, notamment par le biais de distorsions vocales. Si le Metal semble avoir nettement plus marqué ce disque que les réalisations  précédentes, et même si on peut clairement identifier les apports de chacun des styles précités, on ne saurait toutefois réduire l'ensemble à leur simple juxtaposition. La formule caractérisant le style musical tout à fait particulier du groupe réside bien dans un mélange des genres a priori plutôt improbable, mais qui, contre toute attente, engendre un résultat brillant et d'une efficacité imparable.

 Là réside précisément tout le génie de la démarche artistique de HERCYNIA SILVA qui, en osant expérimenter sur la base d'une hybridation à première vue quelque peu hasardeuse, réussit non seulement le remarquable tour de force d'accoucher de compositions qui tiennent parfaitement la route, mais aussi, de surcroit, celui de créer sa propre identité musicale. Est ainsi née une signature sonore spécifique permettant, de par sa singularité, de reconnaître et d'identifier instantanément son auteur.

 Ce sont en fait principalement les vocaux qui, de par leurs accents gutturaux et offensifs, constituent un apport évident issu du Dark Metal. Qu'on ne les imagine cependant pas criards ni dissonants, bien au contraire. Les chansons n'ont rien de la cacophonie, et ce phrasé rageur déclame de façon parfaitement intelligible des paroles en français superbement écrites et de haute tenue intellectuelle. La substance de ces textes, tant d'un point de vue spirituel que culturel, contribue d'ailleurs grandement à faire de ce disque une oeuvre qui sort de l'ordinaire.

 Le fil conducteur de l'album, qui constitue le cadre de la plupart d'entre eux, c'est la Nature, la Terre-Mère, et tout particulièrement l'univers sylvestre, avec ses mythes et légendes surgis de la nuit des temps, ses créatures fabuleuses et ses forces mystérieuses, tapies au plus profond de l'obscurité des forêts. Le symbolisme, les références mythologiques et les concepts métaphysiques y sont évoqués avec brio, et les nombreuses allusions chamaniques et païennes traduisent chez leur auteur, Alban Blaising (guitare, basse, synthétiseur et vocaux), un très bon niveau de connaissance et de compréhension, en un mot une excellente maîtrise de la thématique abordée.
 
 On notera par ailleurs une saisissante incursion dans le folklore issu de la mythologie slave, à travers le portrait de l'inquiétante et redoutable Baba Yaga, sorcière et gardienne du royaume des morts qui, dans les contes et légendes locaux, hante les bois de Russie.

 On remarquera également la présence sur ce disque d'une chanson rendant hommage au grand H.P. Lovecraft, parsemée de références explicites à l'oeuvre monumentale de ce géant de la littérature fantastique. L'album se conclut tout en noirceur avec "Les morts impurs", un texte fort sombre qui évoque la vengeance de la terre sacrée, au cas où elle se verrait offensée par l'inhumation de cadavres indignes d'elle...

 Après avoir évoqué le contenu, terminons cette petite présentation en parlant brièvement du contenant, c'est-à-dire du support et de son conditionnement. Si "Le Culte des Forêts", dans sa version physique, se présente sous la forme d'un CD-R (autoproduction avec les moyens du bord oblige), il importe toutefois de préciser qu'il s'agit là d'un CD-R de facture quasi-professionnelle, et que de vrais efforts ont été accomplis pour hisser l'objet au niveau d'une production manufacturée. Le disque lui-même est orné d'une sérigraphie en quadrichromie de haute qualité, et il est présenté dans un beau boîtier digipack en carton glacé. A cela s'ajoute un livret imprimé de huit pages reproduisant l'intégralité des textes -lesquels, répétons-le, sont du plus haut intérêt.Tout a été fait pour que ce petit bijou reçoive l'écrin qu'il mérite. L'acheteur ne se sentira donc pas floué, et ne regrettera certainement pas son petit investissement.


  A une époque où tant de choses ont déjà été maintes et maintes fois faites et entendues , où les clones au rabais et autres suiveurs de tous poils, tous genres confondus, sont légions, les artistes sachant faire preuve d'une créativité suffisante pour innover et affirmer une personnalité qui leur soit propre se font rares, et plus rares encore ceux qui ont véritablement une âme. Semblant mus par une sorte d'étincelle sacrée qui les guide et qui leur inspire le meilleur, ils ne se rencontrent qu'une fois sur mille. J'ai l'intuition et la très sincère conviction qu'HERCYNIA SILVA est de ceux-ci. Et, j'ai l'outrecuidance de le croire, mon intuition en la matière n'est que fort rarement erronée.

 Puissent de nombreuses autres personnes -et notamment celles qui seront en mesure de lui offrir d'adéquates opportunités- savoir reconnaître à sa juste mesure un talent hors du commun, et qui a d'ores et déjà tout le potentiel requis pour devenir un grand nom.

Hans Cany



************************************

Tracklist :

1. Axis Mundi
2. Le Culte des Forêts
3. Baba Yaga
4. Evhémérisme
5. HP Lovecraft
6. Un Temple et ses Piliers
7. Le Cosmos chamanique
8. Le Grand Hiver
9. FOXP2
10. Le Ruisseau
11. Les Morts impurs 


************************************

Bandcamp :
https://hercyniasilva.bandcamp.com/releases

 
Page Facebook officielle :
https://www.facebook.com/HERCYNIASILVA




************************************
 

Extraits :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire